UN ROMAN CHOC DU TROTTEUR, ÇA ?

BABY TIGER JOUE... ET PERD, JOHN ELLIS
LE TROTTEUR / LE ROMAN DE CHOC, 1953

En ouvrant Baby Tiger Joue... Et Perd, je ne m'attendais vraiment pas à "ça".
A mes yeux, et ça me semble plutôt logique, les multiples façades éditoriales de Roger Dermé ne pouvaient proposer que deux types très peu distincts d'ouvrages sur un secteur d'activité plutôt pauvre, celui du roman noir bon marché et sensationnaliste.

Ainsi, le Trotteur et compagnie pourvoyaient soit en polar français sur-violent et écrit à la va-vite, en roue libre même, par un alcoolique parfois génial et parfois très lourd, soit en hardboiled moyennement inspirés d'auteurs américains méconnus sur leur territoire et dédaignés à l'importation par la Série Noire et sa respectable concurrence à éléphants en ornementation de tranche, concurrence pourtant pas toujours très regardante sur la qualité des bidules mis sur le marché.
Du coup, John Ellis, je le classais directement dans la seconde catégorie (ce qui constitue un bien mauvais point de départ) mais j'avais doublement tort.

Primo, Baby Tiger Joue... Et Perd applique la fameuse règle du pseudonyme faussement américain, l'habituel attrape gogo des années 50 puisque John Ellis n'existe pas. Le véritable écrivain ici, c'est Gabriel Guignard, masqué en traducteur (logique) et signataire à la même période de deux romans de science-fiction, Pyramidopolis et Le Rayon Orange, toujours pour le compte du Trotteur. Je n'en sais pas plus. A suivre, donc.

Secondo, Baby Tiger [...] est un roman noir foutrement atypique. Improbable, même. Rien à voir avec mon George Maxwell habituel. C'est écrit bien plus petit, il n'y a pas de poinçonnage des parties génitales et l'argot passe à la trappe. Quant à l'histoire : impossible à résumer sans attraper une migraine foudroyante ! Tout juste puis-je écrire, sans difficultées ni implosion de ma pauvre matiere grise, que ça concerne l'enlèvement d'une star de cinéma un peu garce, la fameuse Baby Tiger du titre, et l'extravagant chaos international que cet événement va déclencher.
Après, c'est une foultitude de personnages loufoques qui s'entre-croisent - journalistes, politiciens, criminels, anciens amants et la doublure de l'actrice - et tout ce beau monde se trahit, se dézingue - enfin, fait toutes ces choses habituelles dans un roman policier à bas prix mais toujours d'une manière décalée, à l'image de cet implacable tueur à gage armé d'une paire de béquilles mitrailleuses, équarrissant sans raisons apparentes et sans distinctions tout les personnages du roman et dont l'identité (à tiroirs) ressemble à une parodie des mystères de Edgar Wallace.

Bref, Baby Tiger [...] est un roman touffu, alambiqué, parfois un peu trop long et à d'autres moments un peu trop confus mais constamment surprenant. C'est de l'humour et de la desinvolture, un film hollywoodien des années 40 qui aurait déraillé à force de dérision, comme du Cecil B. DeMille revisité par John Sladek ou les Marx Brothers chatouillant James Cagney. C'est une véritable curiosité, indigeste et exaltante, dans laquelle il faudra très certainement que je me replonge longuement pour en extraire toutes les merveilleuses subtilitées.

5 commentaires:

Benoît a dit…

Bonjour,
je viens de "trouver" le tapuscrit original, signé, corrigé de la main de l'auteur, de "10.000.000 dans un piège". Il comporte des centaines de corrections autographes.
C'est un vrai document, même si l'auteur est peu connu... Connaissez-vous quelqu'un que cela intéresserait ?
Et bravo pour votre boulot !

B.P.

ROBO32.EXE a dit…

Bonjour Benoît !
Je ne sais pas qui peut être intéressé par un tapuscrit de Guignard (moi, très probablement...) mais vous devriez essayer sur le forum "A Propos de Littérature Populaire "(http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/) : peut être y aura-t-il des preneurs !
Amicalement,
Robo

Benoît a dit…

merci beaucoup pour le tuyau, je vais aller voir ce forum ! et bravo pour le site ! Pour info suis en train de devenir libraire en livres anciens, j'ai acheté plusieurs fonds, très divers, si vous avez des choses que vous recherchez, ne jamais hésiter à me faire un mail... J'ai d'ores et déjà plus de 20.000 volumes, et j'en vois passer bien plus encore...

Cordialement

B.P.

Benoît a dit…

et bien ça y est, il est à vendre, sans prix de réserve, sur la Baie ! Voir ici :

http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=230709376423&ssPageName=STRK:MESE:IT

Copier-coller le lien dans votre navigateur, ou rechercher "guignard" dans Ebay, ou "tapuscrit guignard".

Bonnes enchères, c'est un document de la plus grande rareté !!!

guignard sandra a dit…

Bonjour,
Je m'appelle Sandra Guignard et je viens de découvrir que j'étais la petite-fille de Gabriel Guignard.
Pour la première fois je viens de lire Pyramidopolis, un de ses romans, et je dois avouer que j'en ai profondément été émue quand, page 117, il rend hommage à mon père,Jean-Paul, en parlant de ce petit garçon blondinet qui vallait autant qu'un autre, si ce n'était plus. Mon père n'ayant plus vu le sien depuis l'âge de ses 6 ans et ne sachant presque rien de sa vie si ce n'est qu'il a écrit dans les contes de Provence avec Marcel Pagnol et Yvan Audouard, il a vraiment été bouleversé lorsque je lui ai offert ce livre, le premier qu'il tenait dans ses mains, en lui disant que c'est à lui que cet ouvrage revenait. Depuis j'essaye d'en apprendre un peu plus sur lui, mais pas facile. Bref, tout ceci pour vous dire que je ne sais pas si vous avez encore ce tapuscrit de 10 millions dans un piège ou si vos savez où il peut se trouver, mais il m'intéresse tout particulièrement.

Bien cordialement.