DU CUL, DU CUL, DU CUL !


ATTOUCHEMENTS SANS DOULEUR, GILLES SOLEDAD
LE POPOTIN DE LA COMMÈRE, FRANCIS LOTKA
ÉDITIONS DE LA BRIGANDINE, 1981 / 1980

Cher Monsieur Losfeld,C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai lu vos divers billets (celui-là, celui-ci, un autre et le petit dernier)concernant les petits ouvrages affriolants des éditions de la Brigandine. Et forcement, après un article aussi vigoureux que celui que vous consacrasse au Pompe Le Mousse d'un certain Hurl Barbe, je ne pu que prestement lever mes fesses de devant mon écran et me mettre hardiment en quête de ces satanés bouquins de cul.Malheureusement, cette longue et difficile traque ne donna lieu qu'à une moisson fort peu fructueuse. La récolte s'éleva en effet à deux pauvres romans, et je ne compte pas celui entrevu lors des puces du dimanche mais vite abandonné en raison de son état calamiteux. Considérez moi vieux jeu si vous le souhaitez, mais j'ai quelques réticences à m'étendre dans mon lit avec un livre sauvagement défoncé et usité jusqu'à la tranche par ses précédents propriétaires...Je me retrouvais tout de même en tête à tête avec deux superbes Brigandine. A ma droite, Le Popotin de la Commère. A ma gauche, Attouchements Sans Douleur. J'étais heureux, ils étaient beaux, doux au touché, pulpeux, leurs gros caractères fièrement affichés en taille 12 tout le long des 6 feuillets réglementaires de 32 pages. (Plus, c'est trop.)
Au pif, je commence par le second. La pioche est bonne, Attouchements Sans Douleur est génial. Très bien écrit, avec esprit, humour (Verger une fille dans un verger, par exemple, une expression magnifique, à retenir !) et surtout avec un sens du rythme exemplaire. Un peu comme du bon Fleuve Noir, du Spécial Police des années 80 : de l'aventure, du suspens, de la violence et des reparties cinglantes. Le héros est un loser attachant dépassé par les événements, sa petite copine est super-délurée et les méchants sont ultra-sadiques. Tout parfait, 20 sur 20. En sus, c'est branché cul - enfin, bien plus cul qu'un Spécial Police des années 80 - et c'est dénué de tout effet glauque - ce qui, considérant le sujet, n'était pas forcement donné.Car Attouchements Sans Douleur fait figure de remake club-med (ou plutôt club échangiste) des Chasses du Comte Zarrof, l'intrigue se résumant à un groupe de bourgeois décadents kidnappant des couples sur une ile du pacifique pour les traquer, les violer et les tuer de manière ludique.J'en dis pas plus, ça se lit en moins de deux heures, il est donc inutile de se tartiner un résumé de 20 minutes.
Après un tel panard, je continue sur ma lancée. J'attaque Le Popotin De La Commère. Mais passé le premier chapitre, une partouze pas très enjouée se terminant en massacre terroriste, je dois me rendre à l'évidence : je vais en chier.Et ce fut 192 pages véritablement douloureuses aux yeux et au crane. Permettez-moi donc de faire dans le lapidaire :
Le Popotin De La Commère est un roman de politique fiction satirique mal fichu, mal écrit et pas passionnant. pour un sou. L'intrigue est (approximativement) incompréhensible et l'action totalement plate. Si ça n'atteint tout de même pas les abîmes de crétinisme d'un Poulpe de base, sa vision uni-latérale des choses (tout le monde il est de droite, tout le monde il est méchant) et l'absence d'un style tranchant, de saveur, de folie, rendent ce Popotin assez catastrophique. Quant aux rares scènes de cul qui parsèment l'ouvrage, elles semblent forcées (certainement pour justifier une triste présence en Brigandine) et achèvent de plomber l'ambiance.
Mais c'est pas grave, ce sera mieux la prochaine fois, je le sais ! D'ailleurs, je viens tout juste d'en dégotter un à Emmaüs et la farouche poitrine de Brigitte Lahaie orne la couverture avec classe et distinction. Si ça, ce n'est pas un gage de qualité...Amicalement,Mr Robo

4 commentaires:

losfeld a dit…

Cher Mr Robo, j'ai lu votre billet avec fort intérêt, et c'est avec joie également que j'ai observé cette couv' à la banane et que j'ai lancé une discussion de 10 minutes avec ma compagne pour débattre du sujet suivant:
- Mr Robo a-t-il flouté la banane pour faire l'intéressant ou voyons-nous juste un étrange bout de peau très long sur la partie de devant.
Le débat s'étant terminé par la victoire de la 2ème proposition.
Sur ce je vais moi aussi m'attaquer à un autre Brigandine et déBITEr du post CULturel à TIRE larigot. Bien le bonsoir!

ROBO32.EXE a dit…

La banane est flouté d'origine. C'est donc la faute au photographe, qui a voulu faire l'intéressant. A moins qu'il n'ait trop bu et se soit trompé dans ses réglages. Ce qui nous renvoi à notre débat habituel : bière, whisky ou pastis ?

losfeld a dit…

Mort aux flouteurs de bananes!
Bière...

clemos a dit…

La moralité de ce post, c'est qu'on peut juger d'un Brigantine juste par la qualité de sa photo de couverture ?
Parce que franchement, banane et lolos contre sous-vêtements en coton moche et appareil de musculation non identifié (ou bien vélo bizarroïde ? un autre sujet de débat...), le choix est assez facile.