FIÈVRES ! FIÈVRES ! ! FIÈVRES ! ! !

Un titre qui file des chaleurs et trois points d'exclamation pour bien te faire comprendre que cette dousse-là est gonflée au rif' tropical, voici FIÈVRES !!!, une publication des éditions Brandt.
Non datée mais je m'en vais te l'abricoter fin des sixties - disons 1967 ou 1968, à toi le choix.





Les éditions Brandt, c'est bien entendu - si mon pif est suffisamment creux pour que mon petit doigt me le souffle à l'oreille - du kif kif bourriquot avec les éditions de Poche (Trafics, La Mafia, Duel), les éditions Janvier (Favorites, Évasions, Brio, Bis) et les éditions du Losange (Visa). Quatre en un, comme les mousquetaires au père Dumas, mais version siamois.
(T'imagines un peu le tableau ? Les quatre zigotos à fleurets, collés les zuns auz'autres dans un même habit - 2 bras, 4 têtes et 8 jambes - et combattant sans grâce ni prestance Richelieu et ses sbires sanguinaires - ça ferait une superbe série Z, ça, non ? Mieux que Ze Incredible 2-Headed Transplant, pour sûr !)
Mais reprenons et... où en étais-je ?
Ah oui. Brandt.
Gros importateur de photo-romans italiens ultra-fauchés. Du 196 pages petit-format, étoffé par des clichés de starlettes et quelques courtes nouvelles policières assez tartignoles.

Inutile de te préciser que pareille mixture, ça me fout un gros coup de flambe au cœur. Nénettes dévêtues, papier basse qualité, accessoires démodés, intrigues à la flan et reparties du tonnerre. J'veux dire : mate moi donc un peu ça...
Roooh ! N'est-ce-t'y pas tout beau tout plein ? De l'amûûûr sensuel et des dialogues qui font mousse. Des devantures qui s'exposent et des bribes de bon sens : "C'est toujours le moment, Arnold chéri ! " Elle n'a pas tort. La pomme, c'est exactement comme le bâton de berger. Y'a pas d'heure pour en croquer.
Maintenant, si la question gaudillage et crustacés ne fait pas partie de tes priorités (mon pauvre ami !), il te reste toujours les moments d'action, l'intensité du baston, la fougue de la barrabille, à te foutre sous les ratichons.
Du jus de phalanges pour combler tes dents creuses.

Tiens, par exemple :
Et ne me dis pas que ça te laisse de marbre. Ou alors, t'es triste. Et je te plains.
Sincèrement.
Mais on va pas se quitter comme ça. Faisons ça dans les règles :
...Voila !

10 commentaires:

Zaïtchick a dit…

Très sixties, en effet.
Plus mouvementé que les romans-photos de Télépoche, en tout cas.

ROBO32.EXE a dit…

Je connais pas les romans-photos de Télépoche... y'a de l'amour, dedans ?

Diabolik a dit…

Et t'as pas une photo de Demongeot ? Je fantasmais grave sur elle lorsque je matais, tel un rebelle de Sa majesté des mouches, le terrible Fantomas avec Marais. Oui je sais... on se fait plaisir avec les moyens du bord !

Zaïtchick a dit…

Du sexe, non, mais y avait Druker...

ROBO32.EXE a dit…

Diabolik : aaaaah, Mylène !!! je suis fan absolu !!!!!! Ne joue-t-elle pas dans Furia à Bahia ? Si ! Et c'est exactement pour cela que ce film sera toujours supérieur à tous les James Bond du père Connery ;-)
Et si tu veux du Mylène :
http://muller-fokker.blogspot.com/2009/04/cine-revue-en-vrac.html
et
http://muller-fokker.blogspot.com/2008/12/secret-8-mylene-demongeot.html
yeah !!!

Zaït' : aaaaah, Drucker !!! je suis fan absolu !!!!!!!!
Ne joue-t-il pas toutes les semaines dans Vivement Dimanche, mon emission favorite ? Si !
Et bien que ne possédant pas de poste de télévision, je n'en rate jamais une seule diffusion. J'ai même acheté son autobiographie, que je compte chroniquer prochainement sur le Müller-Fokker.
YEAH !

http://muller-fokker.blogspot.com/?zx=157dce6d5d37a7ce a dit…

where is the link to download?

Anonyme a dit…

girl - cover: Elvi Randy

killing photoroman pin up

sorry my english

more Elvi, please.

ROBO32.EXE a dit…

Thanks for the name, I didn't know her.
(and I will see if I have more Elvi Randy in my photoroman collection...)

Anonyme a dit…

Thanks ROBO32.EXE

Anonyme a dit…

but..... Elvi don't work in photoroman?
Only in cover????

Thanks.


Diego