DEUX AVENTURES DE CATAMOUNT !

Catamount, c'est le héros phare d'Albert Bonneau, l'un des grands spécialistes Français (aux côtés de Gustave Aimard) de la litterature western.
Du début des années 30 à la fin des années 50, Bonneau pondit plus d'une centaine de ces petits romans gonflés aux mythes fictionnels de l'ouest sauvage et lointain.
Le Vagabond du Far West, Kid le Ranger, L'Outlaw du Canon Perdu, Le Ranch Maudit, Le Désert Aux Cent Mirages, etc.
De lui, je n'avais jusqu'à présent lu que sa série Aventures du Far West aux éditions Jules Tallandier - des récits sans Catamount, souvent distrayants, parfois bien troussés et n'ayant (presque) pas à rougir d'une quelconque comparaison avec la production des petits maitres ricains.
Il fallait désormais m'attaquer au versant Catamountien de son œuvre, versant scindé en deux parties distinctes : les Aventures de Catamount (des années 30 aux années 40) et les Nouvelles Aventures de Catamount (années 50) - le hasard aidant, c'est cette seconde qui constitua ma porte d'entrée dans l'univers du Texas Ranger - Catamount, l'homme aux yeux clair, héros intrépide qui,
juché sur un bolide alezan nommé Mezquite, fait régner la justice dans la région d'El Paso.
hélas, ce premier contact ne se déroula pas vraiment comme je l'avais espéré...
Dans Le Signal de Catamount (Tallandier, 1957), le ranger d'El Paso et son compagnon d'armes à temps partiel Jaguar Bill enquêtent sur la disparition d'une troupe de Tuniques Bleues en plein désert - le Wounded Branco, pour être exact - un coinstos mal famé car à la merci de vils apaches sur-armés.
En effet, ces affreux zozos à plumes ont reçus une cargaison de mitraillettes dernier cri - dernier cri pour l'époque, s'entend... c'est de la sulfateuse à moulinette, du genre de celle que Django se trimballe dans son cercueil - si t'as vu ce film tu vois de quoi je cause, hein ?
Bref. Comme tout bon sauvage, nos zigotos ne savent pas vraiment se servir du matos proposé mais ça ne les empêche tout de même pas de dézinguer du civilisé à foison. Taca-taca-tac !
L'écriture de Bonneau est laborieuse, répétitive, et les deux héros, Catamount et Jaguar débile, ne m'ont pas semblé très concerné par leur mission. Ils passent une bonne partie du roman à courir après un clébard tellement bête qu'il en viendrait presque à te faire relativiser la stupidité de Rantanplan.
Reste la question raciale, inévitable dans tout western à l'ancienne qui se respecte. Ici, le chef des Apaches se fait appeler El Lobo et l'un de ses hommes se prénomme Diego. S'agirait-il donc d'Apaches Mexicains ? Nous n'en saurons pas plus - d'autant que le reste de la bande se montre plus classique dans le choix de ses sobriquets : Serpent Jaune, Petite Belette et Grand Aigle - ce dernier, en particulier, est un sacré coquinout qui finira, page 218, avec un allé simple dans les pognes, direction la potence locale et sans passer par la case départ pour y empocher les 20 000 Dollars.
Quant à Catamount Mène L'Affaire (1957), deuxième bouquin de notre série dominicale, ce fut une véritable catamountastrophe. 220 pages sans action aucune, sans fusillades et avec un Catamount quasiment absent du texte - "[...] l'illustre ranger séjournait incognito à Wharton, attendant dans la coulisse l'occasion d'intervenir et de mettre Bull Benda et son gang définitivement hors d'état de nuire..."
Et Albert Bonneau, lui, il met le lecteur hors d'état de lire.
Donc, 220 pages sans bang bang, sans boum boum, sans rien d'excitant à se foutre sous le râtelier. Après la machine à sioux délabrée mais encore vaguement fonctionnelle qu'était Le Signal de Catamount, voici un cavalier qui surgit de l'ennui.
...et mes calembours sont tellement mortels que je ne sais même plus comment conclure ce billet.
Enfin, si, peut être... alors, un peu de sérieux, si'ouplé.
Car on va encore dire que je crache dans la soupe, que je cause que de navets, que je me complais dans les épluchures de sous-litterature et non, non, triple non. Pour le coup, encore une fois, j'ai dû mal tomber. C'est comme ça, c'est la vie mais je suis sûr qu'il y a de bons récits de Catamount ! Faut juste réussir à les trouver. Pour mézigue, ce n'est pas encore le cas.
En attendant, je baisse pas les bras. Je lis toujours du western
, de l'anglo-saxon, du français, du belge, du norvégien, du bel-air, du tout ce que j'arrive à degotter : c'est bon, c'est simple et c'est amusant.
Sincèrement. Essayes toi z'y donc un peu, tu ne devrais pas le regretter.
Parole de robo !

11 commentaires:

Zaïtchick a dit…

'tain, j'savais même pas qu'il y avait des westerns français. (Des romans, pas des films avec Noël Roquevert dans le rôle du shérif et Fernandel dans celui de Dynamite Jack.)

ROBO32.EXE a dit…

Et si. Il y en a même eu un sacré paquet !

(et au cinoche, il faut pas négliger Une Corde Un Colt de Robert Hossein, un film génial !)

(par contre, je n'ai pas vu Dynamite Jack... mais je ne pense pas que ce soit très grave...)

Kerys a dit…

Il y a la très nanareuse série des Johnny Sopper. Un héros 100% pur porc a faire passer Django, Ringo et Boléro pour des fiottes. Cela dit, dans mon souvenir, c'était du propre sur lui sans éclair de folie…

POP9 a dit…

Oulalah, mais oui, il est question des Aventures de Catamount, ce volume non daté qu'un nostalgique avait offert au jeune Pop9 il y a une trentaine d'années.
Ledit Pop9 n'a jamais dû le lire en entier, alors même qu'à l'époque, il lisait tout au kilomètre, sans grand discernement. S'il l'a pas lu, c'est que c'était franchement lourdingue, ce qu'un survol rapide de l'objet, retrouvé à l'instant parmi d'autres vieilleries, confirme hélas sans hésitation aucune. Oulalah...

ROBO32.EXE a dit…

Kerys : Johny (avec un seul "n", si si !) Sopper (et sans reproche), personnellement, j'aime bien. Faudrait que j'en relise.
Et derrière ce pseudo, se cachait José-André Lacour - alias Benoit Becker en collec' Angoisse et Spécial Police...

Pop9 : Oulalah ! ça, c'est de la madeleine poussiéreuse !

Maciste a dit…

Plutôt que Gustave Aimard, Albert Bonneau serait à placer aux côtés de Georges Fronval, son contemporain et grand pourvoyeur de westerns.

ROBO32.EXE a dit…

Merci Maciste. Je n'ai jamais lu de Georges Fronval... mais je note ça dans un p'tit coin de mon ciboulot !

Et je rajoute un lien vers ton message concernant la création d'une Amicale Albert Bonneau : http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/t3873-creation-les-amis-d-albert-bonneau

Anonyme a dit…

La Série Noire avait lancé une collection Western qui était excellente, je crois qu il y a qu'un seul auteur d'ascendance française: Louis L'Amour (il est l'auteur de Shalako)
Yann

ROBO32.EXE a dit…

Je pense que vous voulez plutôt parler de la collec' Western du Masque...
La Série Noire publia bien quelques récits du genre mais aucun Louis L'Amour (auteur que j'aime beaucoup !)

Anonyme a dit…

En vrai, c'est comme les S.N mais avec dans le coin en bas du livre l'intitulé Western encadré en vert. C'est une collec' méconnue peut être parce qu'il y a eu pas plus d'une 30aine de n° dispersés dans toute la série. C'est donc édité chez Gallimard. Mon père avait aussi des Masque Western ça semble être sorti avant (vers 1960-65)
Yann

ROBO32.EXE a dit…

L'intitulé "Western" encadré en vert, en effet, c'est bien la Série Noire !
Quant à la collec' Masque Western, elle débute en 64 et se clôture au début des années 80.